Google: le trafic internet mondial chute de 40% lors d’une «panne» de 2 minutes


Google est-il tout simplement devenu internet? Une «panne» du moteur de recherche dans la soirée de vendredi 16 août a provoqué une baisse de 40% du trafic internet mondial. C’est le site britannique The Register, spécialiste des nouvelles technologies, qui a révélé l’information. Une avarie technique qui permet de prendre la mesure de la domination de l’entreprise de Mountain View sur le «réseau des réseaux».

«Selon GoSquared, (site qui propose un outil analytique pour le web, ndlr), le trafic internet mondial a fait une impressionnante chute de 40%, pendant quelques minutes au cours desquelles les services de la ‘Chocolaterie’ étaient hors ligne», explique le journaliste Neil McAllister sur The Register. À Paris, il était 1 heure 37 du matin vendredi, lorsque les serveurs de Google ont subitement cessé de fonctionner. Certains services étaient de nouveau disponibles une minute plus tard, tandis que d’autres sont revenus en ligne au bout de 5 minutes. La plupart des «Google Apps» étaient, quant à elles, de retour au bout de deux minutes.

Un article du 23 mars sur le site PCINpact, lui aussi spécialisé en nouvelles technologies, révélait déjà que la part Google dans le trafic de l’ensemble des sites d’information en France représentait environ 40,2% de leur audience au moment de la rédaction de l’article. Quand à la source de l’avarie technique, le mystère reste entier. Mais selon The Register, les fortes températures en Californie et plus largement dans le monde pourraient être responsables de cette avarie technique: «La semaine prochaine, lorsque [Google] se décidera, peut-être, à divulguer davantage de détails, il est probable qu’on ait droit à des discussions passionnantes – et tendues – sur le refroidissement des datacenters de l’entreprise un peu partout dans le monde», conclut le journaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: